Tout le bleu du ciel – Mélissa Da Costa

Vous voulez voyager et apprendre énormément de choses sur la vie et sur votre propre personne ? N’hésitez plus. «  Tout le bleu du ciel » de Mélissa Da Costa (aux éditions Carnets Nord) est fait pour vous.

Résumé

Emile atteint d’Alzheimer précoce à l’âge de 26 ans décide de fuir l’hôpital. Il veut tout simplement profiter de ces derniers mois et faire un ultime voyage. Pour cela, il met une annonce sur internet afin de trouver quelqu’un qui pourrait l’accompagner. Et c’est Joanne, une jeune femme de 29 ans, très mystérieuse et discrète, qui répond. C’est donc ensemble que leur voyage en camping-car va commencer. Bien que la colocation va être un peu difficile au début, ils vont petit à petit apprendre à se connaître et s’apprécier.

Un jour, Emile va faire un malaise pendant ce road-trip, il sera donc hospitalisé. Afin qu’il ne soit pas placé sous la tutelle de ses parents et qu’il soit obligé de retourner à l’hôpital qu’il a fui, Joanne va élaborer un plan. Et à partir de ce moment, des changements vont apparaître.

( Je ne vais pas en dire plus car cela gâcherait la découverte de l’histoire au fil des pages qui nous fait passer par de l’interrogation, de la peur, de la joie, de la tristesse .. )

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Emile et Joanne sont vraiment des personnages très attachants. Au début du livre, on a du mal à cerner la jeune femme, elle semble tellement introvertie, ne laissant paraître aucune émotion, est très peu bavarde. Je me suis de suite demandé ce que pouvait bien se cacher derrière cette carapace. Et mes doutes se sont confirmés, un lourd secret pèse sur celle-ci.

Quant à Emile, il est attendrissant et très bavard (parfois on avait l’impression qu’il parlait pour deux). Puis, au fil de l’histoire, il va nous émouvoir davantage. Il pensait qu’il était prêt à accepter ses pertes de mémoires mais nous allons découvrir que c’était loin d’être le cas. On aimerait tellement pouvoir faire quelque chose pour l’aider mais cette foutue maladie est bien trop coriace. Heureusement, Joanne est là. Et fera tout son possible pour l’aider au quotidien.

La plume de l’auteur est douce, sensible. Mélissa Da Costa sait appuyer sur les points sensibles. Elle a fait de ce roman traitant d’un sujet douloureux un véritable voyage littéraire. Et elle a même réussi à intégrer des passages très drôles qui nous ont d’ailleurs fait du bien.

Ce livre est assez conséquent par le fait qu’il est composé de 649 pages mais ne soyez pas effrayé, c’est une jolie découverte. Vous ne resterez pas insensible à ce roman.

Par contre, si j’ai un petit conseil à vous donner, préparez les mouchoirs pour la lecture de l’épilogue. Moi, j’ai pleuré comme une madeleine.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s